L’éducation sexuelle des adolescents et des adultes ayant un trouble du spectre autistique : les thématiques et les étapes adaptées

Par: Isabelle Hénault, Ph.D., psychologue et sexologue

Le profil sexuel

Il existe très peu de recherches et de connaissances cliniques sur le profil sexuel des adultes qui vivent avec un trouble du spectre autistique (TSA). Cent‑trente‑et‑un adultes provenant du Canada, de l'Australie, des États‑Unis, du Danemark et de la France ont complété le Derogatis Sexual Functioning Inventory (DSFI; Derogatis et Melisaratos, 1982). Le DSFI sert à examiner divers aspects liés à la sexualité, y compris la connaissance et l’expérience, le désir, les attitudes, l’affect, le rôle, les fantasmes, l’image corporelle et la satisfaction sexuelle en général. Il permet d’obtenir une évaluation globale du comportement et des attitudes en matière de sexualité.

Les résultats donnent à penser que les personnes ayant reçu un diagnostic de trouble du spectre autistique démontrent le même intérêt pour la sexualité et que leurs besoins sexuels sont comparables à ceux de l’ensemble de la population. D’autre part, leur manque d’habiletés sociales et leurs difficultés de communication augmentent chez elles le risque d’émergence de symptômes de dépression et de comportements socio-sexuels inadéquats (Hénault, Attwood et Haracopos, 2010).

Les personnes qui sont confrontées à de telles difficultés ont besoin d’être comprises et soutenues par leur partenaire, leur famille, leurs amis et des organismes de counseling relationnel. Ce soutien doit être positif, sans opinion arrêtée et basé sur des services adaptés. Au fur et à mesure que ces personnes vieillissent, les programmes d’enseignement axés sur la cognition sociale, en particulier sur l’empathie et la capacité de nouer des amitiés dès la petite enfance, doivent être maintenus et inclure de l’information et des conseils concernant la puberté, les rencontres, les relations, l’identité et l’intimité sexuelles. L’objectif est d’accroître leurs connaissances et de faire en sorte qu’elles vivent des expériences positives, ce qui devrait les aider à prendre des décisions éclairées et à préserver leur estime de soi. Les programmes doivent être adaptés à la situation et au profil de chaque personne qui vit avec un TSA. L’auteure a élaboré un programme socio-sexuel qui s’adresse aux adolescents et aux adultes ayant un trouble du spectre de l’autisme ou présentant le syndrome d’Asperger.

Durant l’adolescence et au début de la vie adulte, plusieurs notions doivent être abordées. Ces notions constituent la base de l’éducation sexuelle. En voici quelques exemples (Sex Information and Education Council of the U.S., 1992) :

Les organes sexuels des hommes et des femmes : noms, fonctions et descriptions concrètes

Les changements corporels qui accompagnent la puberté

L’estime de soi

Information sur les émissions nocturnes

Les valeurs et les processus de prise de décision

L’intimité : les lieux privés et publics

La santé sexuelle, l’hygiène, l’examen gynécologique

La communication interpersonnelle et intime, l’amour et les relations amicales

Les effets de l’alcool et des drogues sur la prise de décisions

Les relations sexuelles et autres comportements sexuels

La masturbation

L’orientation et l’identité sexuelles

Le contrôle des naissances, les menstruations et les responsabilités en matière de procréation

Les condoms, la contraception et la prévention des maladies

Les émotions liées à la sexualité doivent faire partie des discussions, puisque qu’elles motivent de nombreux comportements.

La première phase des programmes d’intervention et d’éducation sexuelle consiste à enseigner des connaissances générales qui sont adaptées à l’âge chronologique et au stade de développement de la personne. L’information transmise aide la personne à faire des choix éclairés. Elle lui permet également de mieux comprendre les limites qu’elle peut explorer et expérimenter, à l’intérieur des comportements acquis, tout en respectant ses propres valeurs et celles des autres. L’intervention vise à établir une structure pour les comportements sexuels adéquats et à créer de multiples occasions d’apprendre et de vivre des expériences enrichissantes.

Les thèmes ci-dessous, qui doivent être adaptés à la réalité des adolescents et des adultes qui présentent un trouble du spectre autistique de plus haut niveau, couvrent l’ensemble des caractéristiques rattachées à leur développement social et sexuel (Hénault, 2006).

Information sur les émissions nocturnes

Les étapes de la prise de décisions et leur importance

L’intimité : les parties intimes et non intimes du corps; les différents contextes

La santé sexuelle et le premier examen des organes génitaux – ou le premier examen gynécologique

La communication interpersonnelle et intime, l’amour et les relations amicales

Les effets de l’alcool et des drogues sur la prise de décisions

Les relations sexuelles et autres comportements sexuels

L’autostimulation (la masturbation)

L’orientation et l’identité sexuelles

La planification d’une grossesse, les menstruations et les responsabilités parentales

Les condoms, la contraception et la prévention des maladies transmises sexuellement (MTS)

L’hygiène personnelle

L’amitié et la détection des relations abusives; l’équilibre dans les relations interpersonnelles

Les relations dangereuses : les différences d’âge, les intentions, l’intimidation et l’agression

Les qualités d’une relation saine : le partage, le respect, la communication, le plaisir, les intérêts communs

L’intensité des relations interpersonnelles : trouver un équilibre et apprendre à connaître les limites

Les habiletés sociales : présentation, interactions, réciprocité, partage, etc.

Les limites et la notion de consentement éclairé

Conclusion

L’éducation sexuelle comporte des objectifs à court et à long terme. À court terme, elle favorise l’émergence de comportements sexuels adaptatifs en ce qui touche la communication, les émotions et les relations interpersonnelles. À plus long terme, les adolescents et les adultes ayant un TSA seront mieux à même de comprendre ce que sont les relations interpersonnelles et adopteront des comportements adéquats dans divers contextes relationnels. Ils devraient aussi être en mesure d’expliquer ce qu’est une relation sexuelle, comment elle se développe ainsi que les circonstances (temps, lieu, personnes appropriées) dans lesquelles elle peut s’établir, le tout en se conduisant d’une façon compatible avec la situation. En dernier lieu, ces personnes comprendront ce que l’on entend par « consentement éclairé » dans le contexte d’une relation sexuelle (Tremblay, Desjardins et Gagnon, 1993). Le but ultime est de faire en sorte que les personnes ayant un TSA puissent vivre pleinement l’expérience de l’intégration sociale, aient une sexualité saine et accèdent à une meilleure qualité de vie.