Le spectre du trouble de l'autisme - American Psychiatric Association
Dans la cinquième édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM-5), le changement le plus important est sans conteste celui concernant le trouble du spectre de l’autisme (TSA). Tel que révisé, le processus de diagnostic constitue une façon nouvelle, plus exacte et plus utile d’un point de vue médical et scientifique, de diagnostiquer des troubles liés à l’autisme.
Selon le DSM-IV, les patients pouvaient recevoir l’un ou l’autre des quatre diagnostics suivants : trouble autistique, syndrome d’Asperger, trouble désintégratif de l’enfance ou diagnostic passe‑partout de trouble envahissant du développement non spécifié (TED-NS). Les chercheurs ont constaté que ces diagnostics distincts n’étaient pas uniformément établis dans les différentes cliniques et les différents centres de traitement. Les personnes ayant reçu l’un des quatre diagnostics de troubles envahissants du développement (TED) du DSM-IV devraient continuer de respecter les critères de TSA du DSM-V ou un autre diagnostic plus précis du DSM-V. Bien que le DSM ne précise pas le traitement et les services recommandés pour les troubles mentaux, l’établissement d’un diagnostic précis est la première étape que doit franchir un clinicien lorsqu’il souhaite établir un plan de traitement pour un patient.
Le Neurodevelopmental Work Group, dirigé par Susan Swedo, M.D., chercheure principale au National Institute of Mental Health, a déterminé que les critères de TSA du DSM-V reflétaient mieux l’état des connaissances sur l’autisme. Le groupe de travail estime que le fait d’établir un seul trouble général améliorera les diagnostics de TSA sans limiter la sensibilité des critères, et sans modifier de façon importante le nombre d’enfants diagnostiqués.

 

Les personnes qui ont un TSA éprouvent généralement des difficultés à communiquer – réactions inadéquates dans le cadre de conversations, mauvaises interprétations des interactions non verbales – ou ont du mal à établir des liens d’amitié appropriés à leur âge. Certaines sont excessivement attachées aux routines, très sensibles aux changements dans leur environnement ou intensément centrés sur des intérêts inhabituels. Là encore, les symptômes des personnes TSA vont s’insérer dans un continuum, certaines personnes présentant des symptômes légers et d’autres beaucoup plus graves. Ce spectre, permettra aux cliniciens de tenir compte des variations des symptômes et des comportements d’une personne à une autre.

 

Selon les critères définis dans le DSM-5, les personnes TSA doivent présenter des symptômes dès la petite enfance, même si ceux-ci ne sont reconnus que plus tard. Ce changement encourage l’établissement d’un diagnostic de TSA plus précoce, mais permet également d’établir un tel diagnostic pour les personnes dont les symptômes ne sont entièrement reconnus que lorsque les exigences sociales dépassent leur capacité à s’intégrer. Il s’agit d’un changement important par rapport aux critères du DSM-IV, lequel visait principalement à identifier les troubles liés à l’autisme chez les enfants d’âge scolaire et se révélait parfois moins utile pour établir un diagnostic chez les enfants plus jeunes.

 

Les critères proposés pour le DSM-V ont été testés dans des conditions cliniques réelles dans le cadre d’essais sur le terrain effectués en vue du DSM-V, et les analyses préliminaires de ces tests indiquent qu’aucun changement important ne serait observé dans la prévalence du trouble. Plus récemment, l’étude la plus vaste et la plus à jour menée par Huerta, et coll., publiée dans le numéro d’octobre 2012 de l’American Journal of Psychiatry, offrait l’évaluation la plus exhaustive qui soit des critères de TSA proposés pour le DSM-V, d’après des données sur des symptômes recueillies dans le cadre de recherches antérieures. L’étude a révélé que les critères du DSM-V permettaient d’identifier 91 % des enfants ayant reçu un diagnostic clinique de TED à partir du DSM-IV, ce qui suggère que la plupart des enfants ayant reçu un diagnostic de TED à partir du DSM-IV recevraient le diagnostic de TSA avec les critères proposés. Plusieurs autres études, utilisant des méthodologies diverses, ont obtenu des résultats divergents.

 

Le DSM est le manuel utilisé par les cliniciens et les chercheurs pour diagnostiquer et classifier les maladies mentales. L’American Psychiatric Association (APA) publiera le DSM-V en 2013, après un processus de révision d’une durée de 14 ans.
L’APA est une association nationale de médecins qui regroupe plus de 36 000 spécialistes du diagnostic, du traitement, de la prévention et de la recherche en lien avec les maladies mentales, incluant les troubles liés à l’utilisation de substances. Visitez l’APA à l’adresse suivante : www.psychiatry.org. Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec Eve Herold au numéro de téléphone 703-907-8640 ou à l’adresse courriel press@psych.org.
© 2013 American Psychiatric Association